Les Elus

Le Conseil de Faculté et les Elus Etudiants

1- Composition du Conseil de Faculté

Le conseil de Faculté (ou conseil d’UFR ou conseil de gestion) est composé de 40 membres titulaires, dont 8 étudiants. Les autres membres du conseil sont des professeurs (collège A, 10 membres), des enseignants et chercheurs (collège B, 8 membres) puis des personnalités extérieures. 

Les élus étudiants  

Les élus étudiants travaillent ensemble par mailing list dans une structure nommée “AMPC Représentation” ne se limitant pas aux élus. Ce groupe est ouvert à toute personne désirant participer à la représentation étudiante de la faculté. Si vous êtes intéressés, écrivez au VP Reprez de l’AMPC qui gère cette mailing-list (Hortense Le Bourhis, hortense.lebourhis@gmail) !

N’hésitez pas à contacter les différents élus, ou le VP Reprez de l’AMPC si vous avez un problème dans votre vie étudiante à la faculté ou des propositions pour améliorer notre quotidien !

Vos élus UFR

élus ufr

Vos Élus Pédago

unnamed

2- Le conseil d’UFR a comme principales orientations :

  • Formation initiale et continue des médecins et des professionnels de santé
  • Recherche scientifique et technologique ainsi que la valorisation des résultats
  • Organisation des enseignements et les modalités du contrôle de connaissances
  • Partenariats avec autres établissements de soins
  • Orientation et insertion professionnelle
  • Diffusion de la culture et de l’information scientifique
  • Construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la Recherche
  • Ouverture sur l’environnement social

Autrement, le conseil vote le budget de la faculté, élit le Doyen, vote les statuts et le règlement intérieur, propose les créations, transformations et suppressions d’emplois relevant du statut hospitalo-universitaire…

Vous l’aurez compris, le conseil de la faculté prend des décisions sur tout ce qu’il se passe dans la faculté, et à fortiori toutes les décisions qui touchent les étudiants au jour le jour (BU, cafèt, salle AMPC, partiels, stages…)

Les conseils

Deux conseils sont en charge la vie de l’université : le conseil d’administration (CA) et le conseil académique (CAc). La commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) et la commission de recherche (CR) sont deux commissions primordiales du conseil académique. Les membres des deux conseils représentent toutes les catégories de personnels et d’usagers. Des personnalités “extérieures” y siègent également, représentant notamment la mairie de Paris, la région Ile-de-France, les grands organismes de recherche, les organisations représentatives du patronat et des salariés. Les étudiants y siègent afin de défendre tout type de décisions prises à l’échelle de l’Université influant la vie des étudiants.

Le Conseil d’Administration (CA)

Conseil décisionnel, le CA détermine la politique de l’établissement, vote le budget, approuve les conventions, statue en matière juridictionnelle et disciplinaire. Le conseil d’administration délibère notamment sur le contenu du contrat d’établissement. Il vote le budget et approuve les comptes. Il fixe, dans le respect des priorités nationales, la répartition des emplois qui lui sont alloués. Il autorise le président à engager toute action en justice. Il approuve les accords et les conventions signés par le président, ainsi que les emprunts, les prises de participation, les créations de filiales, l’acceptation de dons et les acquisitions immobilières. Il peut déléguer certaines de ses attributions au président de l’université. Le conseil d’administration de l’établissement constitué en section disciplinaire exerce également un pouvoir disciplinaire en premier ressort à l’égard des enseignants-chercheurs, enseignants et usagers/étudiants.

Le conseil d’administration comprend 30 membres ainsi répartis entre les catégories suivantes :

  • 7 professeurs et personnels assimilés,
  • 7 autres enseignants et personnels assimilés,
  • 3 représentants des personnels ingénieurs, administratifs, techniques, ouvriers et de service (y compris des bibliothèques) (BIATOSS)
  • 5 étudiants et assimilés, 5 étudiants suppléants et assimilés,
  • 8 personnalités extérieures= trois représentants des collectivités territoriales

Les UFR de l’université Paris Descartes regroupés par secteurs électoraux

DISCIPLINES DE SANTÉ :

  • Faculté de chirurgie dentaire
  • Faculté de Médecine Paris Descartes
  • Faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES :

  • Faculté de Sciences humaines et sociales – Sorbonne
  • Institut de psychologie
  • Institut universitaire de technologie
  • UFR des Sciences et techniques des activités physiques et sportives

SCIENCES ET TECHNOLOGIES :

  • UFR Biomédicale des Saints-Pères
  • UFR de Mathématiques et informatique

DISCIPLINES JURIDIQUES, ECONOMIQUES ET DE GESTION :

  • Faculté de droit

La Commission de Recherche (CR)

La commission de recherche détermine les orientations des politiques de recherche, de documentation scientifique et technique, ainsi que la répartition des crédits de recherche. Il est consulté sur les programmes de formation initiale et continue, sur la qualification à donner aux emplois d’enseignants – chercheurs et de chercheurs vacants ou demandés, sur les programmes et contrats de recherche proposés par les diverses composantes de l’université, sur les demandes d’habilitation à délivrer des diplômes nationaux, sur les projets de création ou de modification des diplômes d’établissement et sur le contrat d’établissement. Il assure la liaison entre l’enseignement et la recherche, notamment pour le troisième cycle.

La commission de recherche comprend 40 membres.

La Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU)

La CFVU traite de tout ce qui touche aux étudiants, des études aux problèmes de la vie quotidienne. Il propose au conseil d’administration les orientations des enseignements de formation initiale et continue, instruit les demandes d’habilitation et les projets de nouvelles filières. Il prépare les mesures de nature à permettre la mise en oeuvre de l’orientation des étudiants et la validation des acquis, à faciliter leur entrée dans la vie active, à favoriser les activités culturelles, sportives, sociales ou associatives offertes aux étudiants, et à améliorer leurs conditions de vie et de travail. Il examine notamment les mesures relatives aux activités de soutien, aux oeuvres universitaires et scolaires, aux services médicaux et sociaux, aux bibliothèques et centres de documentation. Il est garant des libertés politiques et syndicales étudiantes.

Le conseil des études et de la vie universitaire comprend 40 membres.

Vos élus centraux

élus centraux

Histoire du CROUS

D’un point de vue purement historique, le CROUS et le CNOUS sont crées en 1955.

En réalité, l’action des associations étudiantes a commencé bien plus tôt, après la première guerre mondiale, par la création de foyers étudiants. Cette initiative se poursuit en 1936, par la création du Comité des œuvres en faveur des étudiants. Cependant, la seconde guerre mondiale ralentit la dynamique entreprise, qui reprendra en 1946, par la création au niveau national et au niveau régional des centres des œuvres en faveur de la jeunesse universitaire et scolaire, dotés du statut d’association loi 1901.

Mais c’est effectivement en 1955 (le 16 avril si on veut être précis), que le Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires (CNOUS) obtient le statut d’établissement public à caractère administratif.

Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que les services de la vie étudiante (qui étaient alors gérés par les associations étudiantes) soient assurés par une structure stable et définitive ! Le CROUS et le CNOUS viennent de naître.

 

Le Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires ou CROUS est l’établissement public chargé principalement de :

Les Restaurants Universitaires

Pour beaucoup, le CROUS, c’est l’endroit où manger le midi pour pas trop cher (3€20 cette année pour un repas). C’est dans les années 1960 que les premiers restaurants universitaires, sous forme de selfs, voient le jour. Ils sont modernes, et permettent d’assurer des repas (75 centimes d’anciens francs) aux étudiants.

Dans les années 1980, loin de s’essouffler, l’idée des restaurants universitaires se poursuit, avec notamment la création de cafétérias (2000 nouvelles places par an).

Mais ce n’est rien en comparaison de ce qui arrive après 1991, puisqu’on atteint 8000 nouvelles places par an. 50 villes ont alors leur restau U.

Cependant, malgré tant d’efforts, la fréquentation diminue : les étudiants mangent chez eux, peu attirés par des lieux qu’ils trouvent austères. Loin de se décourager, le CROUS se modernise et diversifie son offre. Il est récompensé depuis 2003, par les étudiants eux-mêmes, qui fréquentent de nouveau leurs restaurants universitaires

Les logements étudiants

Pour d’autres, le CROUS c’est aussi l’endroit où l’on vit (et je ne parle pas de ceux qui passent leur temps à la cafet’ ;).

C’est dès 1955 que les résidences universitaires font leur apparition, à la périphérie des villes. Puis, influencés par le modèle des campus américains, de nouveaux complexes, regroupant à la fois l’université et le lieu de résidence voient le jour (entre 1965 et 1970).

Simultanément, les CROUS réservent des places pour les étudiants dans les logements HLM. Les étudiants restent alors autonomes tout en bénéficiant du maximum de confort.

En 1985, la loi accorde le bénéfice de l’aide personnalisée au logement aux étudiants sous-locataires. Puis, jusqu’en 1995, ce ne sont pas moins de 30 000 places supplémentaires qui sont créées, notamment pour les boursiers.

A l’heure actuelle, le réseau des CROUS gère plus de 150 000 logements étudiants (avec une priorité aux boursiers et aux étudiants étrangers).

L’aide sociale

Les Bourses

Le CROUS gère entièrement les bourses accordées aux étudiants à l’exception des bourses des étudiants paramédicaux et sages-femmes qui sont gérées par les régions, non sans problèmes pour ces étudiants.

Tout commence bien avant les initiatives étudiantes, en 1877, par le premier système de bourse visant à aider les enfants d’origine modeste qui manifesteraient des dons scolaires exceptionnels. En 1925, le système devient moins sélectif : tous les étudiants, qui ont le baccalauréat et des revenus inférieurs à un niveau donné, peuvent prétendre à une bourse. Mais c’est depuis 1995 que le CROUS gère à lui seul le budget des bourses. Je ne pense pas que l’historique des échelons de bourse vous intéresse particulièrement, donc je finirais en vous disant juste que le CROUS attribue 500 000 bourses par an pour un montant total de plus de 1.5 milliard d’euros.

Les services sociaux qui accueillent et écoutent les étudiants en difficulté, quelle qu’en soit la nature.

Les services d’emplois temporaires qui offrent en ligne sur les sites des Crous des propositions d’emploi destinées aux étudiants.

L’accueil des étudiants internationaux,

Le soutien aux projets culturels des étudiants (de l’expo photo au projet humanitaire).

Les élus au CROUS sont donc garant de tous les services attribués aux étudiants, que ce soit le restaurant universitaire, les logements, les bourses, l’accès à la culture à prix réduit etc…