Introduction aux Etudes Médicales

études medLe cursus médical et son organisation ont une base nationale mais sa mise en place varie pas mal selon les facs, et des ajustements, des changements ont lieu très souvent. Le Vice-Président Etudes Médicales de l’AMPC est justement là pour tenir les étudiants au courant de ce qu’il se passe dans leur cursus au sein de la faculté et de les faire participer aussi aux changements ! Il est en lien avec les Elus. Ces élus sont là pour représenter les étudiants dans tous les conseils de direction de la fac et défendent les cas particuliers quand il y a des problèmes, travaillent aux améliorations du cursus…

D’ailleurs, cette année on comptera sur les étudiants pour voter massivement lors des élections du Conseil de Pédagogie, les élections Universitaires (ou Centrales) et Facultaires (UFR) !

Bref, les étudiants ont leur mot à dire à la fac, et les élus se battent pour que les droits soient respectés, que les études soient améliorées… Ils restent disponibles pour toute question ou tout problème à la fac !

Le cursus se divise en 3 parties, ou «cycles » :

La « licence de médecine » ou Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales (DFGSM)

Elle dure 3 ans :

  • DFGSM1 (ou PACES)
  • DFGSM2 (anciennement appelée P2)
  • DFGSM3 (anciennement appelée D1)

Le principe : sont enseignées les connaissances fondamentales, les bases dans tous les domaines pour permettre ensuite de comprendre les maladies, leurs causes, leurs symptômes.

Le programme est constitué d’une liste d’enseignements imposée par les textes de loi, mais il laisse toute amplitude aux facs. Ailleurs, il est souvent divisé en 2 semestres, à Paris Descartes, c’est 3 trimestres avec des partiels en décembre, fin mars et mi-juin.

Coup d’oeil sur le Cursus Médical

coup d'oeil cursus

Elle se répartit en cours magistraux en amphi d’une part et en cours en TDs d’autre part. La présence en cours magistral n’est généralement pas obligatoire, certains TDs le sont, notamment ceux d’anglais (avoir raté moins de 2 cours dans l’année permet de gagner 2 points sur la moyenne générale d’anglais alors que l’absence à plus de 5 cours en fait perdre 2). Cette année, le nombre de cours interactifs, enseignements en petits groupes etc. devrait augmenter, et la présence sera donc plus contrôlée qu’avant, mais ce sera au profit d’un enseignement bien plus interactif !

L’enseignement est organisé en systèmes, c’est-à-dire que toutes les matières (anat, physio, sémio, anapath, pharmaco et histo-embryo, biologie et biochimie) sont regroupées pour étudier un même appareil. Cette année, vont être étudiés :

  • 1er trimestre : Système cardio-pulmonaire
  • 2ème trimestre : Système rénal
  • 3ème trimestre : Systèmes endocrinologique, immunologique et dermatologique

Il y a aussi quelques UE (Unité d’Enseignement) très transversales au 1er trimestre :

  • Sémiologie générale (= l’étude des signes cliniques) et psychologie
  • Génétique et Métabolisme
  • Anathomo-pathologie

Enfin, certains enseignements courent sur toute l’année et sont évalués en juin :

  • l’Anglais : organisé en cours et groupe de niveaux pour adapter l’apprentissage à tous les étudiants !

Elle s’organise sur le même principe que la P2. Les systèmes étudiés sont : appareil neurologique et appareil locomoteur ainsi que d’autres matières telles que la SSH et la LCA (Lecture Critique d’Article), pour apprendre à lire les articles des revues scientifiques. En D1, on commence également les modules de l’externat à savoir les M1 et M7a : apprentissage de l’exercice médical et le M7b : maladies infectieuses.

Le 1er contact avec l’hôpital sera le stage d’initiation aux soins infirmiers, choisi avant le mois de juillet. Pendant ce stage, les étudiants suivent les aides-soignants et les infirmières, qui leur apprennent certains gestes techniques : prises de sang, perfusions, pansements, piqûres…

 

Pendant la P2 et D1, les étudiants se retrouvent au cours de l’année dans différents services hospitaliers pour le stage de sémiologie clinique « au lit du patient ». Ils sont encadrés par les chefs de clinique adjoints (ou CCA) et effectuent les 1ers interrogatoires, les 1ers examens cliniques, etc.

 

En P2, une trentaine d’heures de stage de sémio sont au programme. Il y a des passages dans plusieurs services qui sont encadrés par des CCA (Chefs de Clinique Assistants = tout juste sortis de l’internat), pour apprendre l’examen clinique, avec une liste d’objectifs à maîtriser à la fin de l’année.

En D1, environ 80h de stage sont au programme, dans un seul service en général car c’est un stage de préparation à l’externat.

L’externat, ou « master de médecine » ou Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales = DFASM

En D2-D3-D4, on devient externe (ou étudiant hospitalier selon les textes de loi) avec l’enseignement de la pathologie et de la thérapeutique (en gros les maladies et les traitements).

L’externat est le premier pas dans le monde du travail : les étudiants sont en stage toute l’année et sont salariés.

L’année est organisée en 4 trimestres, soit 4 stages par an, d’une durée de 3 mois chacun, ce qui fait 36 mois de stage au total. L’enseignement pratique en « stages intégrés », c’est-à-dire hôpital tous les matins (pour un salaire d’environ 110 €, puis 220, puis 300€/mois) dans un service clinique et les cours théoriques correspondants l’après-midi pour les 3 premiers trimestres. Il est possible de faire son stage d’été à l’étranger (cf. International), ou en labo, ou bien encore chez un Médecin Généraliste. Il est obligatoire de faire un stage dans certaines spécialités au cours de l’externat : urgence ou service intensif et chirurgie.

La D2 et la D3 sont donc organisées par « pôles » trimestriels, sanctionnés par des partiels. Il y a aussi quelques modules et séminaires (ex : radio, mort subite), et la possibilité de choisir des « optionnels » pour approfondir ses connaissances dans un domaine précis.

En D4 il y a l’épreuve de niveau et le Module 11, qui contrôle l’aptitude à valider le 2e cycle et donne le droit de prescrire. Le but est de se préparer à l’internat, tout le programme est ainsi vu sur 3 ans (tous les « items », qui sont au nombre de 362).

Il est obligatoire de faire un stage dans certaines spécialités au cours de l’externat : urgence ou service intensif et chirurgie.

En fin de D4, tous les Etudiants doivent passer les Epreuves Classantes Nationales (ECN). Elles remplacent depuis 2004 l’ancien Concours de l’Internat, elles se déroulent vers fin mai, début juin, et comme leur nom l’indique, elles sont « classantes » et non « validantes ». Ce qui est validant ce sont les examens tout au long de ton externat (les partiels de la fac).

Depuis peu on entend parler de la réforme des iECN : à partir de cette année, l’ECN se fera sur tablette, avec des dossiers progressifs (on répond à une question sur un cas clinique, et la suivante s’affiche en nous fournissant des informations nouvelles, etc.).

 

Les élus et l’AMPC se tiennent au courant des modalités (pas encore complètement définies) de l’iECN, pour en informer dès que possible les étudiants.

 

Au cours de la procédure de choix, l’été suivant les iECN, il faut choisir le DES (Diplôme d’Etudes Spécialisées = la spécialité) souhaitée, en fonction du classement obtenu. Certaines spécialités sont très prisées, mais elles peuvent varier selon les promos. Le DES est le diplôme qui clôture les études et donne le droit d’exercer. La thèse d’exercice se passe à la fin du DES, qui comprend un volet théorique et un volet pratique.

Les ECN passés, l’heure sera venue de quitter (ou pas) Paris Descartes pour se lancer dans le grand bain : l’internat. Sa durée varie en fonction de la spécialité choisie : 6 semestres pour la Médecine Générale, 8 à 10 semestres pour les autres spécialités.

L’interne a une fonction de prescripteur dans les services. Il assure la continuité des soins en relation avec les médecins seniors. Il apprend aussi sa future spécialité (notez que la médecine générale est maintenant considérée comme une spécialité, il existe donc à présent un DES de Med G).

En plus du DES, il est possible de rajouter un DESC (Diplôme des Etudes Spécialisées Complémentaire) qui comme son nom l’indique permet de compléter la spécialité. L’internat reste une période d’études bien que ce soit un plein temps à l’hôpital avec des gardes et des astreintes ! Des travaux personnels de recherche sont souvent demandés, ainsi que la rédaction du mémoire de fin de 3ème cycle et la préparation de la Thèse d’Exercice de Docteur en Médecine !

Après un long et tumultueux parcours, différentes voies s’ouvrent : l’exercice libéral en cabinet (seul ou en association), la clinique privée, l’hôpital public ou encore d’autres formes d’exercice, comme au sein d’administration (Sécurité Sociale, PMI, etc.), d’une entreprise (médecine du travail mais aussi recherche, labo pharmaceutique,…), ou d’une unité de recherche publique (CNRS, INSERM…). Il est aussi possible de se destiner à l’enseignement et pour se faire, il est nécessaire de faire de la recherche. Bref, il y a mille manières d’être médecin, c’est (aussi) ce qui fait le charme de cette profession !

Où chercher des infos concernant les études ?

Pour les étudiants de Paris Descartes, afin d’être au courant des actualités de la fac, en particulier concernant vos études, on vous conseille de faire un transfert automatique de vos mails reçus sur la boîte mail de l’ENT vers votre boîte mail habituelle !

Le livret de l’étudiant distribué par la fac contient beaucoup d’infos utiles sur les études (notamment les parcours de recherche).

Concernant les filières parallèles, l’AMPC actualise chaque année le Guide des filières parallèles !

Enfin, le site de la faculté est lui aussi une bonne source d’information.

bouquin